• English
  • Français
  • Español
admin's picture
du 18 au 21 mai au Grand Palais pour sa 3e édition
« Depuis 2015, Taste of Paris a su s’imposer 

comme le festival phare de la gastronomie à Paris. Au cœur de la nef du Grand Palais, écrin idoine pour cet événement unique, le public est invité à multiplier les expériences et découvertes gustatives proposées par un casting prestigieux de chefs et de producteurs de renom. Gourmets avisés ou curieux alléchés, ils seront 30 000 cette année à profiter, fourchette en main, d’une édition placée sous les bons auspices du printemps. Je me réjouis de voir la fréquentation et l’intérêt des Parisiens croître chaque année, contribuant à faire de Taste of Paris un rendezvous incontournable. Les chefs prennent plaisir à s’y retrouver et venir à la rencontre d’un public qui n’a pas toujours l’occasion de pousser la porte des grands restaurants ou des tables en vue. Jeunes ambassadeurs de la bistronomie, toques étoilées, pâtissiers virtuoses ou producteurs et artisans émérites se côtoient pendant quatre jours pour permettre au grand public de goûter le fruit de leur travail. Un moment d’échange et d’interaction incomparable qu’il importe de savourer ». Thierry Vincenty, Directeur IMG 

salade-de-legumes-croquants.jpg

Grand Palais

Le festival Taste of Paris revient au Grand Palais pour sa 3e édition, programmée du 18 au 21 mai prochain. Au menu, un nouveau casting de chefs prestigieux régalant les gourmets au sein de restaurants éphémères mais aussi des ateliers et démonstrations, un marché de producteurs et surtout, un invité lumineux : le printemps !

Le grand public

pourra se prêter au jeu du cours de cuisine pour apprendre gestes et savoir-faire des grands chefs parisiens et repartir chez soi avec de nouvelles techniques plein la tête ! Maxime Laurenson du restaurant Loiseau Rive Gauche ou Jean-François Rouquette du Park Hyatt partageront leurs connaissances étoilées tandis que Ciro Cristiano, de Big Mamma, révèlera les secrets d’une cuisine italienne réussie. Rafael Gomes, de Grand Cœur, enflammera lui les fourneaux avec une recette très ‘caliente’. Lucas Felzine et son restaurant Uma feront voyager le grand public avec ses assiettes entre Japon et Pérou. De son côté, l’École Ritz Escoffier enseignera au public le tour de main d’une cuisine de palace. Enfin, place à la créativité et la surprise avec Privé de Dessert qui apprendra aux cuisiniers en herbe comment transformer une pâtisserie en un plat cuisiné ! Gratuite et ouverte à tous, l’inscription aux cours de cuisine se fera sur place à l’espace Electrolux Secrets des Chefs selon les places disponibles. 

Sur le Théâtre des Chefs

Electrolux, les chefs s’en donneront à cœur joie pour faire saliver les papilles des spectateurs, autour de Masterclasses prêtes à enflammer le public ! Le féru de chocolat Pierre Marcolini s’encanaillera autour des fèves de cacao tandis que Rafael Rego d'Oka sera accompagné d’un Indien d'Amazonie pour faire découvrir les vertus du manioc. Le talentueux Simon Horwitz du restaurant Elmer fera chavirer les appétits, Clément Leroy de L’Auberge du Jeu de Paume démontrera son savoir-faire autour du poisson et François Gagnaire, du restaurant Anicia, revisitera les classiques de son Auvergne natale. Les becs sucrés auront de quoi s’extasier devant les créations de Kimiko Kinoshita et Yoann Normand, les pâtissiers de Taillevent et des Crayères, en duo sur scène.

paris-food.jpg

Bar et Caves 

Et pour arroser tout cela, alors ? Un bar végétal aux proportions monumentales, animé par Laurent-Perrier, distillera les plus belles cuvées de la Maison pour faire pétiller les compositions culinaires des chefs : La Cuvée, Ultra Brut, Millésimé 2007, Cuvée Rosé et Grand Siècle à partir de 10€ la coupe. Deux Bars à Vin prendront également leurs quartiers sur le site : le Grand Bar à Vin du Petit Ballon et celui du Cellier des Dauphins, qui viendront proposer leurs meilleurs crus. Verre à partir de 2 €. Rayon bière, Heineken fera pour sa part monter la pression avec son comptoir éphémère et mettra en avant ses accords mets et bières. En pleine saison printanière, Badoit jouera des petites bulles pour rafraîchir les amateurs de bonne gastronomie tandis qu’illycaffè accueillera les baristas en herbe pour une pause-café bien méritée !

Le CASTING

romain_meder_taste.jpg

Romain Meder et Alain Ducasse 

ROMAIN MEDER ALAIN DUCASSE AU PLAZA ATHÉNÉE Un parcours éloquent : Potel et Chabot en 2000, puis sous-chef d’Hélène Darroze jusqu’en 2006, avant d’intégrer l’écurie Alain Ducasse, au Plaza Athénée. Ce dernier l’enverra diriger les cuisines du Spoon des Îles, à l’Île Maurice, puis en 2011, celles de l’Idam, le restaurant du Musée d’Art Islamique au Qatar. Retour au bercail en 2014 pour prendre les rênes du nouveau restaurant Alain Ducasse au Plaza Athénée, où ce fils de cuisinier obtiendra la consécration ultime en février 2016, avec une troisième étoile décernée par le Guide Michelin.

guy_savoy_taste.jpg

Guy Savoy 

GUY SAVOY RESTAURANT GUY SAVOY Tombé dans la marmite alors qu’il n’a que quinze ans, Guy Savoy ouvre son premier établissement, à Paris, pour ses 27 printemps. Le Bourguignon, qui s’avance désormais en ponte de la gastronomie française, a déménagé son Restaurant Guy Savoy, l’année dernière, à la Monnaie de Paris. Même s’il prône la modestie et se définit comme un simple aubergiste, l’homme est à la tête du Chiberta, des Bouquinistes, de L’Atelier Maître Albert ou encore du Restaurant Guy Savoy intégré au Caesars Palace de Las Vegas.

anton_taste.jpg

Frédéric Anton 

FRÉDÉRIC ANTON LE PRÉ CATELAN Dix ans déjà que Frédéric Anton appartient au cercle très fermé des chefs triplement étoilés et vingt ans qu’il évolue aux fourneaux du Pré Catelan. Avant cela, le Nancéien aura affûté sa lame dans les cuisines de toques reconnues, tels Robert Bardot à Lille, Gérard Boyer à Reims, ou Joël Robuchon à Paris. Il officiera d’ailleurs durant sept ans aux côtés de ce dernier avant d’endosser à son tour la tunique de chef et se voir décerner, en 2000, le titre de Meilleur Ouvrier de France. De 2010 à 2013, il a fait partie du jury de l’émission Masterchef.

thierry_marx_taste.jpg

Thierry Marx 

THIERRY MARX MANDARIN ORIENTAL, PARIS Compagnon du devoir, parachutiste, transporteur de fonds… Thierry Marx aura connu plusieurs vies avant de faire ses armes chez Ledoyen, Taillevent et Robuchon. Il décroche une étoile Michelin en 1988 au Roc en Val à Montlouis-sur-Loire, puis en 1991 au Cheval Blanc à Nîmes, avant d’obtenir deux macarons en 1999 au Château Cordeillan-Bages, côté Gironde. L’ancien juré de l’émission Top Chef tient désormais la barre des restaurants du Mandarin Oriental Paris : le Sur Mesure, couronné de deux étoiles, et le Camélia. Il s’investit également dans la formation de personnes en réinsertion en créant Cuisines Mode d’Emploi. 

nicolas_beaumann_taste.jpg

Nicolas Beaumann 

NICOLAS BEAUMANN MAISON ROSTANG Lorsque Nicolas Beaumann rejoint, en 1999, le repaire doublement étoilé de Michel Rostang, ce dernier décèle rapidement le potentiel du jeune homme. Le prodige s’offrira quelques années plus tard une échappée de quatre ans chez Yannick Alléno au Meurice, puis retrouvera son mentor en 2008. En 2015, lors du passage de témoin au disciple, promu chef de l’établissement, ce dernier se voit rebaptisé Maison Rostang. Le chef y entremêle habilement bases de cuisine classique et modernité affirmée.

kei_koboyashi_taste.jpg

Kei Kobayashi 

KEI KOBAYASHI  Ce chef japonais virtuose, qui souffle cette année ses quarante bougies, s’est pris de passion pour la gastronomie française à 15 ans, en tombant sur une émission d’Alain Chapel. Après avoir fourbi sa lame en terres nippones, il consolide sa technique à l’Auberge du Vieux Puits, puis au Plaza Athénée, et reprend en 2011 la maison Gérard Besson pour y nicher son restaurant Kei. Grand spécialiste de la viande et du gibier, il voit son établissement auréolé dès l’année suivante d’une étoile Michelin.

stephanie_le_quellec.jpg

Stéphanie Le Quellec 

STÉPHANIE LE QUELLEC LA SCÈNE AU PRINCE DE GALLES Formée à l’école des triples étoilés Philippe Legendre au George V, et Philippe Jourdin à Terre Blanche, en Provence, Stéphanie Le Quellec défend dans l’assiette une simplicité mesurée, pointilleuse et sophistiquée Propulsée en 2013 à la tête de La Scène, le restaurant de l’hôtel. Prince de Galles, à Paris, elle ne mettra que 9 mois à décrocher une étoile. En représentation quotidienne, elle improvise là-bas avec le meilleur des produits du marché pour composer ses fameux menus « à l’aveugle ».

pierre_sang_boyer_taste.jpg

Pierre Sang Boyer 

PIERRE SANG BOYER RESTAURANTS PIERRE SANG S’il a quitté sa Corée natale, alors qu’il n’avait que 7 ans, pour les vertes étendues auvergnates, Pierre Sang aime la convoquer dans ses plats au travers de subtiles touches. Après avoir écumé de jolies Maisons, en France comme à l’étranger, cet hyperactif invétéré, qui ne se départit jamais de son sourire, inaugurait en 2012 un premier restaurant nommé Pierre Sang in Oberkampf. Suivra, deux ans plus tard, Pierre Sang on Gambey, implanté à deux pas, puis bientôt un troisième pôle gourmand, dont l’ouverture est prévue cette année.

juan_arbelaez_taste.jpg

Juan Arbelaez 

JUAN ARBELAEZ NUBÉ À L’HÔTEL MARIGNAN À 18 ans, Juan Arbelaez quitte Bogota avec un rêve en tête, cuisiner à Paris. Sans diplômes ni contacts, il intègre l’école Le Cordon Bleu puis s’invite dans les cuisines de Pierre Gagnaire, rue Balzac, d’Éric Briffard au George V et d’Éric Fréchon au Bristol. Il participe en 2012 à l’émission Top Chef et crée dans la foulée sa propre table à Boulogne, baptisée Plantxa. Le chef régale désormais aux fourneaux du Nubé, le restaurant de l’Hôtel Marignan Champs-Elysées, en instillant à ses accords parfaits des saveurs venues d’ailleurs.

 

 

Site internet : https://paris.tastefestivals.com/#4zwoFyR7ZZEBw5sT.97

Credit : Dossier de Presse du Festival 

Rubriques: 
Chronicles

Have a suggestion ?

Share this page